Retour à la page précédente

Un après midi bien chargé aux Archives départementales

Que font les élèves en cours de spécialité espagnole?
Et bien, en ce moment nous travaillons sur les réfugiés (espagnols bien évidemment).

Le 17 novembre, la quinzaine de Première et Terminales se sont rendus aux archives départementales afin d'effectuer des recherches sur les réfugiés espagnols en Côtes d'Armor.

En poussant la porte des imposantes archives départementales, nous sommes tout de suite conduis par Mme Catherine Dolghin , animatrice, dans une petite salle annexe (pas si petite que ça soit dit en passant).

Un peu avant la sortie, il avait été décidé de faire des groupes pour traiter de tous les différents sujets en un minimum de temps.

Les sujets étaient les suivants:

  • Les statistiques (élaborer une carte du bassin de Saint-Brieuc, Recenser les réfugiés/enfants/ femmes/ provisions)
  • L'accueil (sentiments et réaction de la population locale)
  • Le logement (conditions de logement et conditions sanitaires)
  • La vigilance (poursuite et contrôle des autorités)
  • Familles et regroupement (séparation et regroupement/ histoires personnelles)
  • la presse (comment à été traité ce thème)

Les trois heures furent chargées mais pleines de découvertes.
Installés dans la salle nous avons reçu des instructions concernant le traitement réservé aux documents.

Nous n'avons pas le droit :

  • De les déchirer
  • De les froisser
  • De les brûler
  • De les flasher avec nos appareils photos.

En clair : de les détériorer de quelques façons que ce soit. En bons élèves que nous sommes, nous avons bien sur respectés ces consignes.

Les dossiers déjà préparés nous n'avons eu qu'à y rechercher ce qui répondaient à nos sujets.
Au bout de deux heures de travail, encadrés par Monsieur Le Flohic, Mme Gauthier, Mme Maria Rodrigues Tarraga et Mr Baron, nous avons eu droit à une pause bien méritée durant laquelle nous avons rencontré le restaurateur relieur des archives.

Il nous conta donc les grandes lignes de son métier. Les matériaux utilisées, les étapes de restauration, comment refaire la reliure d'un livre, les différences dans les papier utilisés...
Puis reprise du travail, pendant une petite heure. À la fin, nous étions tous fatigués mais ravis de l'expérience que nous avions vécu.

Toutefois, le travail ne finit pas là, car en juin, nous devrons, préparer et raconter la vie d'un réfugié espagnol.