Retour à la page précédente

CADA : Les difficultés rencontrées

Nelly Kerbarch est venue nous présenter son travail accompagnée d’une réfugiée politique : Mme Dimitche. Elles étaient invitées par nos professeurs de LS, Mmes Chauveau et LeRoux, dans le cadre de notre séquence : « les minorités » .

Nelly est éducatrice sociale et travaille sur Lamballe où elle accueille le plus souvent au CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) des refugiés du Congo, d’Angola, d’anciennes Républiques soviétiques, …

Nelly nous a expliqué que ça n’était pas tous les jours faciles car elle est confronté à plusieurs difficultés :

  • La langue car elle bloque vraiment la communication. Comme elle nous l’a expliqué,les psychologues par exemple, refusent de recevoir des réfugiés politiques accompagneés d’interlocuteur. Le contact doit être entre deux personnes et non déformé.
  • La communication avec les hommes qui viennent de pays où la femme n’a pas la même égalité que l’homme et donc souvent les hommes mettent plus de temps à parler.
  • Le temps avant que la personne ne s’exprime sur son vécu car une fois la parole libérée, Nelly nous dit qu’il faut tous les jours ou presque suivre la personne.

Mais je pense que le plus dur est d’écouter les vécus de ces personnes qui ont le plus souvent un passé violent ou douloureux. Les membres du CADA sont affectés par ces personnes et ce n’est pas facile tous les jours mais on voit que son travail la passionne.

Cette rencontre a été un choc et le contenu était inattendu. Nous en gardons un profond respect face à cette histoire singulière et à la confiance de nous livrer ce témoignage.