Retour à la page précédente

La guerre entre les pros et les généraux n’aura pas lieu

  • Il faudrait un foyer pour que l’on puisse se rencontrer
  • Il faut plus de temps le midi
  • Organiser des sorties ensemble
  • Morgane propose de réorganiser le/les coins fumeurs
  • Il faut réduire le coin fumeur pour que les gens se parlent
  • Créer des rencontres organisées entre les deux sections
  • Il faudrait ques les sections générales aient des cours à côté des ateliers et que les sections pro aient des cours du côté général.
  • Il faut plus communiquer sur le CVL pour qu’il y ait une représentation plus forte des élèves des sections pro au sein du CVL.
  • Il faudrait que le CDI soit entre les deux sections. Ces idées avaient été émises par les élèves de 2TP/PJ et 2des5 lors de l’après midi « Vis ma vie » du 20 décembre.

Accompagnés d’élèves de ces deux classes, les comédiens d’Alter Ego, ont mis en place une opération « déclencheur de paroles » le ..21 février dernier. Dans tous les lieux de circulation, élèves et comédiens avaient disposé des panneaux colorés avec des citations incitant à la discussion. Petit à petit, ces panneaux ont été rejoints par d’autres exprimant la position des uns et des autres, élèves et adultes, sur les relations entre les différentes populations du lycée :
« C’est une guerre due à un truc d’il y a longtemps, Quand on arrive en seconde , tout va bien, c’est plutôt en première et en terminale »
« Nous avons des centres d’intérêts différents, donc nous faisons des études différentes, donc des attitudes différentes »
« On ne se parle pas, il n’y a pas de relations, entre pros et généraux. En fait, c’est ça qui crée « cette guerre »
« Moi, j’ai pleins de copains dans le pro parce qu’ils étaient avec moi au collège. On se voit moins, mais la relation ne change pas. »
« Y a pas de guerre, c’est juste une légende. De toute façon, tout le monde se critique. La seule différence, c’est que les pros vont au coin fumeur et que les généraux vont à la rampe »
« C’est plus des blagues, mais pas un conflit. Même entre pros, on se fait des blagues à l’interieur de la classe. C’est abuser le mot « guerre ». faut pas dramatiser. Moi, j’ai des potes et ça reste des potes. Qu’ils soient en pro ou en général ».
« Les pros trouvent qu’on les prend de haut »
«Les généraux peuvent nous trouver «lourds» mais au moins, nous, on aura un boulot à la fin de nos études !»
«Je suis en pro et j’ai l’intention de faire des études après : du coup on sera paut être dans la même classe d’ici quelques années... Je trouve ça dommage qu’il y ait du mépris, mais en fait, ça ne me touche pas vraiment»
«Je viens d’un autre lycée où il n’y avait aucune séparation, tout le monde se côtoyait il n’y avait pas d’insultes : ça prouve que c’est possible ! »
«Le mot Guerre est beaucoup trop fort !!! c’est justement à cause de mot comme ça qu’on crée la guerre, en stigmatisant les choses; il n’y a pas de mur entre nous. Par contre c’est vrai qu’il faut faire des actions pour qu’on échange plus, parce qu’on ne se connaît pas.»
«À l’internat, on est tous ensemble, et ça ne pose aucun problème !»

Un grand remue méninge, donc dans le lycée où l’on se rend compte que des différences il y en a beaucoup d’autres : Scientfiques et littéraires, Généraux et technologiques…Les élèves du CVL sont très tentés de poursuivre de leur coté les initiatives pour susciter de l’échange entre les différentes « tribus » du lycée.