Retour à la page précédente

Les terminales euro allemand ont visité l'exposition : ''Die Brücke, aux origines de l'expressionnisme allemand''

Lundi 8 octobre, grand jour pour les terminales euros allemand qui sont montés dans le Trafic et le Boxer avec un immense plaisir pour se rendre à Quimper. La ville de St Corentin accueillait en effet une magnifique exposition (encore plus riche que celle du musée de Berlin) qu'on a l'occasion, sinon de voir à... New York.

Les élèves qui nourrissaient certains préjugés face aux tableaux expressionnistes du mouvement "die Brüche" (1905-1914) sont tombés en arrêt devant une peinture (réalisée par des néophytes) qui glorifiait dans des éclats de gouache vive l'harmonie avec la nature (les lacs, la mer) et la richesse de la vie citadine (Berlin). Pour la première fois en Allemagne, Schmidt-Rottluf, Müller, Kirchner, Nolde s'écartaient des chemins classiques du pouvoir très dur de l'époque (Guillaume II parlait de dressage (le drill) lorsqu'il évoquait l'éducation..) pour célèbrer avec leurs tripes, la beauté des corps et de l'individu. C'est à ce prix qu'ils furent, à partir de 1934, victimes d'autodafé et mis à l'index dans la célèbre exposition organisée par Hitler sur l'art dégénéré.

Au fait, die Brücke (qui précède der Blaue Reiter, le cavalier bleu avec Wassily Kandinsky) doit son nom au concept de Nietzche qu'ils vénéraient, selon lequel l'artiste était un pont vers le commun des mortels..

A noter que le pont entre le cours et les artistes avait été construit de façon remarquable par l'exposé d'un élève et relayé par un conférencier brillant..

On dirait le sud (Finistère!!).
Jacques Lozach