Retour à la page précédente

Rencontre avec Sacha Drouart

Sacha Drouart est venu s’entretenir avec les élèves de la terminale littéraire afin de présenter son projet qui a consisté à réaliser des portraits du personnel de la Cooperl sur leur lieu de travail.

Il a d’abord évoqué son parcours d’étude à l’UCO-BS (Bachelor's degree, communication and Media Studies 2004 – 2007) puis en master de communication à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, et son parcours professionnel, en particulier depuis 2011 en tant qu’assistant de communication au Centre culturel francophone de Vancouver et aujourd’hui chargé de communication à Lamballe communauté.

Dans un deuxième temps il a présenté son projet visant à témoigner à la fois de la dure réalité du travail mais aussi « de la grande solidarité et des valeurs humaines » qui prévalent au sein de l'entreprise. Il a insisté sur le fait que c’est à partir de son expérience personnelle qu’il a pensé ce projet. Il a travaillé en effet durant cinq étés au sein de l'entreprise lorsqu'il était encore étudiant sur une quinzaine postes.

Il a aussi évoqué les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces photos. Il a rencontré 200 personnes et réalisé 6.000 vues pour en retenir 30 pour l'exposition. Ce travail s’est déroulé pendant six semaines. « J'ai été accueilli chaleureusement lorsque j'ai expliqué ma démarche qui était de représenter tous les métiers. 95% des personnes étaient d'accord ». « Le contact a été bon, les personnes m'ont expliqué leur métier. Le personnel était volontaire. » Ce qui frappe dans l’exposition, ce sont les expressions, les visages souriants, mais ce n’est pas un artifice ou une composition. S. Drouart insiste le caractère spontané des prises de vues et sur le fait que c’est le visage que ces hommes ont tenu à manifester face à l’objectif dans le cadre ordinaire de leur travail. Et c’est bien l’homme avant tout qu’il voulait montrer dans son reportage : l’humanité et la grande dignité de ces personnes malgré le travail ingrat auquel elles sont confrontées quotidiennement.

Guy L'Haridon